Téhéran

Téhéran est aussi bien la capitale que la première métropole de l’Iran. Revue de détail des points d’intérêt de la ville.

Introduction

Quand, en 1797, le naturaliste français Guillaume-Antoine Olivier foulait pour la première fois le sol de la Perse, il décrivait Téhéran comme une cité bâtie à moitié, envahie par les arbres et la végétation. Il n’aurait pas écrit les mêmes propos s’il avait vu la métamorphose de la ville sous le règne de Fath Ali Shah, qui l’a restructurée dans l’intention de bâtir une capitale grandiose et colorée. Considérée comme une puissance industrielle de premier ordre, la ville téhéranaise  est moins bien connue sur le plan touristique. Quel dommage pour nos visiteurs ! La fraîcheur du climat, la richesse des musées, les jardins arborés à la perse, les demeures palatiales témoignant de l’âge d’or des Kadjar en font pourtant l’une des meilleures destinations touristiques au Moyen-Orient. Peut-être rêvez-vous de voyage en sac à dos, les stations montagneuses de Tochal vous accueillent à bras ouvert. Sinon, une visite accompagnée vous permettra de voir sous un regard neuf les sites de l’Unesco ressassés par les médias.

Histoire de Téhéran

La controverse sur l’étymologie de la ville est un casse-tête irrésoluble jusqu’à maintenant. Pour les uns, Téhéran est forgé sur le mot « Tah-rân » qui veut dire contrée chaude, l’antonyme de « Shem-rân » (contrée froide) ; d’autres le rattachent au terme « Tir-an » qui se traduit par « terre désertique ».

Si l’origine du nom de la ville reste un mystère, on sait du moins que les traces d’occupation humaine remontent au Néolithique. À l’origine, Téhéran était un petit bourg vivant sous l’influence de Rhagès, une grande agglomération dirigée par les Seldjoukides en 1042 et mise à sac deux siècles plus tard par les Mongols. Abandonnant Rhagès, les habitants se sont établis à Téhéran, qui est à 8 km seulement et offre un milieu naturel plus hospitalier grâce à la douceur du climat. Avant ce déplacement de masse, aucune trace d’aménagement n’était visible sur le site.

A l’époque de la dynastie timouride, Téhéran commença à remplir des fonctions administratives et urbaines. Un palais royal se dressait au nord de la ville, à l’endroit même où se situe le futur palais de Golestân. Sous le règne de Thamasp Ier, descendant des Safavides, le site s’est doté de tours fortifiées au nombre de 114. Le bazar historique date de cette période. Ensuite, Abbas II y fit aménager un bureau de secrétariat destiné à l’accueil des ministres et des ambassadeurs étrangers. La décision de fortifier Téhéran était liée à une volonté de contrôle géostratégique : les menaces d’invasion venaient surtout de l’empire russe et de l’empire turkmène. Ce projet a été finalisé par Karim Khan, l’ancêtre de la dynastie Zand. À la fin du xviiie siècle, le site n’est plus simplement un chef-lieu administratif, mais acquit le statut d’une importante citadelle royale (Arg).

Le 12 mars 1786, Téhéran fut élevée au rang de capitale après que Mohamad Khan s’empara du pouvoir. Les dirigeants du clan Kadjar lancèrent un processus de rénovation sans précédent. Nombre de bâtiments somptueux virent le jour : des mosquées, des badguirs, des portes monumentales et des palais d’été de la noblesse. La vie économique s’est concentrée autour du Grand Bazar, alors que les quartiers huppés à vocation résidentielle sont regroupés au nord.

Téhéran aujourd’hui

Forte de 15 millions d’habitants, Téhéran est l’une des métropoles les plus vivantes et dynamiques du Moyen-Orient. Elle a connu une urbanisation rapide après le boom de l’exploitation pétrolière dans les années 1970. Plusieurs handicaps trahissent la jeunesse de l’économie : des familles de refugiés habitent dans les bidonvilles ; un actif sur dix travaille dans le secteur informel ; plus de 2 téhéranais sur 10 gagnent un revenu inférieur au seuil de pauvreté. Mais, à bien des titres, Téhéran se donne les apparences d’une ville moderne.

Lieux d’intérêt incontournables

Mêlant le visage d’une ville désuète à celui d’une ruche industrielle bruyante et cosmopolite, Téhéran fascine les plaisanciers par sa diversité. À part la visite du patrimoine historique, vous aurez de nombreuses opportunités de randonnée et de shopping.

Palais royaux

En flânant dans le nord de la ville, plusieurs palais royaux n’attendent qu’à être visités :

  • Le complexe palatial de Golestân: construit au xvie siècle, le palais du Jardin des Fleurs est l’un des hauts lieux de l’histoire de l’empire perse. Il hébergeait la famille royale des Kadjar et toute sa cour entre 1786 et 1925. Les touristes y trouveront un passionnant éclairage sur l’avènement de l’Iran moderne. En fait, la particularité du bâtiment tient au mélange harmonieux entre le style traditionnel persan et les tonalités futuristes. Ne manquez pas de visiter le trône de marbre, la salle de réception et la salle des miroirs, dont l’éclat rivalise avec la Galerie des Glaces du château de Versailles. Vous trouverez le palais près du Bazar, dans le vieux quartier de Téhéran ;
  • Le palais de Saadabad: cet ensemble palatial remonte à une date plus tardive, sa création étant le fait des derniers souverains de la Perse. La visite du complexe est vivement recommandée parce qu’il renferme un important morceau de la culture et de la civilisation iranienne. Le beau jardin parsemé d’arbustes et de massifs de fleurs mérite à lui seul le déplacement ;
  • Le palais de Niavaran: inauguré en 1968, le palais a été construit sur la demande de Mohammad Reza Pahlavi. Le chah et sa famille y résidaient jusqu’en 1979, date de l’éclatement de la révolution iranienne. Si vous faites un tour dans le quartier de Shemiran, ne manquez surtout pas ce magnifique palais.  De plus, il fait partie d’un vaste complexe comprenant la résidence Qadjar et le pavillon d’Ahmad Chah, à l’intérieur duquel sont exposés les cadeaux que les souverains iraniens ont reçus de la part des ambassadeurs de tous pays. 

Jardins paysagers

L’abondance des espaces verts, dont la création date de l’époque de l’empire perse, est un attrait majeur de la capitale iranienne. Le besoin de répit emmène tant les touristes que les autochtones dans ces parcs publics.

  • Le parc Mellat: Avec ses pelouses bien entretenues, le parc Mellat est un endroit particulièrement recherché des flâneurs. Des espèces de fleurs multicolores bordent les sentiers du parc, qui conduisent à un lac central. On appréciera les statues de personnalités célèbres qui ont dominé l’histoire politique de l’Iran ainsi que les sculptures d’avant-garde. On profitera d’un pique-nique dans la verdure. Le parc Mellat est également un bon point de départ pour explorer les monts Elbrouz.
  • Le parc Laleh : Conçu en 1966 comme une aire de loisirs et une réserve de chasse des Pahlavis, le parc Laleh est l’un des plus vieux parcs de la ville. Il se trouve sur la route du boulevard Keshavarz, non loin de l’université de Téhéran. Promenez-vous en toute tranquillité à l’ombre des cèdres et des acacias, jouez en famille sur les tables d’échec ou profitez d’une parenthèse culturelle au musée du Tapis, localisé dans le côté nord. L’adorable fontaine centrale, qui diffuse des effets de lumière à la tombée du soir, est sans conteste le point fort du parc.

Musées et monuments

  • Le Musée national d’Iran: les curieux d’archéologie ne se feront pas prier pour franchir les portes de ce musée. A travers sa riche collection d’objets d’art, de manuscrits, de textiles, de pièces d’or et d’argent, et de récipients en terre cuite, dont certains datent de l’âge de pierre, l’établissement ouvre une fenêtre sur l’Iran antique.
  • Le musée des Joyaux nationaux: le promoteur du musée fut l’empereur Nader Shâh qui reprochait aux Afghans d’avoir fait main basse sur les joyaux iraniens. En 1729, il mit au point une opération de reconquête, allant jusqu’à piller Delhi pour récupérer le butin perdu. C’est ainsi que le musée se targue de posséder l’une des plus riches collections de pierres précieuses au monde.
  • Le musée du Tapis: en Iran, le métier de la tapisserie est une tradition de longue date. Le musée  permet d’en apprendre plus sur l’évolution de cet artisanat, qui commençait depuis l’âge du bronze et se maintient jusqu’à maintenant au point de devenir une fructueuse industrie nationale. Des tapis anciens de toutes formes et sous une large variété de motifs.
  • Le musée d’art contemporain : inauguré vers la fin des années 1970, le musée expose les plus impressionnants chefs d’œuvre de la peinture européenne. On y retrouve les compositions cubistes de Pablo Picasso, les triptyques de Francis Bacon, les toiles impressionnistes de Claude Monet ou de Van Gogh, et bien d’autres. Les maîtres iraniens de l’école contemporaine y sont également représentés. L’établissement se trouve à un jet de pierre du parc Laleh.
  • La tour Milad (Borj-e Milad en iranien) : affichant une hauteur de 435 mètres, la tour Milad, accessible au public en 2010, est en quelque sorte la tour Eiffel de l’Iran. Elle est la sixième des plus hautes structures autoportées de la planète. Même si cela ne vous intéresse pas de déjeuner dans son restaurant tournant ni de réserver une chambre dans son hôtel cinq étoiles, ce symbole et cette fierté du pays mérite le détour.

Un peu de shopping ?

Impensable de visiter Téhéran sans aller faire un tour au Grand Bazar historique, qui exprime par excellence l’ambiance et la couleur locale. Cette antique place rassemble des auberges, des mosquées et des galeries commerçantes, symbolisant le partage du pouvoir entre la riche bourgeoisie et le clergé au cours du xxe siècle. On y rencontre une profusion de marchandises : épices, nougats, bonbons, objets de décoration, châles ou chaussures faits à la main, tapisseries persanes… On y vend et y achète de tout, et ce, à tous les prix. L’apparition des magasins de mode et de joaillerie de luxe est plus récente, en lien direct avec le développement du tourisme. 

Station de montagne de Tochal

Si vous comptez rester plus de deux jours à Téhéran, invitez-vous dans les hauteurs de Tochal. Sa haute altitude, comprise entre 2 820 et 3 850 m du niveau de la mer, en fait un rendez-vous idéal pour les passionnés de randonnée, de remontée mécanique et de vue pittoresque sur les montagnes. La station bénéficie d’une qualité d’enneigement extraordinaire. Mais si le ski n’est pas votre tasse de thé, vous pourrez expérimenter d’autres activités sportives : le tir à l’arc, le paintball, la marche à pied ou le tennis.

Quand partir à Téhéran ?

Bien que située dans une région désertique, Téhéran est protégée par la ceinture montagneuse de l’Elbourz qui apporte un peu de fraîcheur et tempère l’aridité du climat. Du coup, la ville est partagée en deux zones climatiques bien distinctes : les zones montagnardes sont fraîches et pluvieuses, alors que la chaleur règne impitoyablement au sud de la métropole, à cause de la proximité du désert Dasht e-Kavir.

Mieux vaut éviter l’été, même si la température baisse dans la soirée. Toutefois, si vous voulez partir en montagne et profiter d’une vue aérienne, les mois de juin, juillet et août sont les plus recommandés. Pour visiter le palais royal de Golestan, explorer les musées ou faire un pique-nique dans les parcs, choisissez des dates en avril, mai, octobre ou en novembre.

Comment y venir ?

Le tourisme à Téhéran est facilité par la qualité des infrastructures de transport. Le réseau routier est en bon état et couvre la totalité des destinations touristiques. De plus, l’approvisionnement en essence à très bon prix est une motivation de plus pour visiter la ville.

Cela étant, il est important d’avertir les voyageurs sur l’insécurité qui règne dans les pays voisins : Turkménistan, Afghanistan, Arménie… L’avion est de ce fait l’option de transport la plus sûre pour se rendre à Téhéran. La capitale dispose de deux aéroports : la piste d’atterrissage de votre vol sera l’aéroport Imam Khomeini, attendu que l’aéroport Mehrabad accueille uniquement les vols intérieurs.

Au départ de Paris, le vol pour Téhéran dure entre 7 heures et 40 minutes et 11 heures selon la compagnie aérienne. Pour franchir les 40 km qui séparent l’aéroport du centre-ville, vous avez le choix entre le taxi et le métro. L’aéroport travaille avec trois opérateurs de taxi qui vous emmènent à votre hôtel de séjour au prix de 10 à 13 €.  

Choses à faire absolument…

- grimper au sommet de la Tour Milad pour jouir de la vue panoramique ;

- s’égarer dans le jardin du palais de Golestan ;

- admirer la collection grandiose du musée des Beaux-Arts au palais de Saadabad ;

- se poser en photo devant le portail principal du palais de Niavaran ;

- passer des moments de découverte culturelle au Musée national de l’Iran ;

- faire un tour dans la mosquée de l’Imam Zadeh Saleh ;

- profiter d’une soirée shopping dans le Grand Bazar ;

- se promener dans le parc national de Sorkeh Hesar ;

- prendre un bol d’air pur à la station de sports d’hiver de Tochal.

9 photos

Bonjour

Je suis Afrooz Hassan Abadi de "Key2persia". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+98-9173368515