Résidence traditionnelle des Boroudjerdi

Dans la ville iranienne de Kashan, la demeure historique des Boroudjerdi est le coup de cœur de tous les visiteurs. Revue en détail de l’attraction.

Introduction              

Dans la société iranienne, avoir un palais n’est pas un privilège réservé aux têtes couronnées. Si vous n’y croyez pas, dirigez-vous vers la maison des Boroudjerdi, une ancienne résidence de la haute-bourgeoisie de Kashan, dans la province d’Ispahan. Située à une heure et demie de Téhéran en prenant le métro, Kashan est une ville à taille humaine où il fait bon vivre. Le pittoresque de ses vieilles rues, l’aimable accueil de ses habitants, son adorable mosquée et ses résidences historiques d’exception émerveillent tous les touristes.

La résidence des Boroudjerdi compte parmi les lieux d’intérêt notables de la ville. L’immensité des pièces, les peintures murales et la coupole témoignent de la prospérité commerciale de Kashan à l’époque des Kadjar. À visiter à tout prix !

Notes d’histoire

La maison des BoroudjerdiKhaneh-yé Boroudjerdi en persan – est une propriété aux airs luxueux appartenant à un marchand du xixe siècle. Elle fut le résultat d’un geste d’amour : lorsque Haji Mehdi Boroudjerdi rencontra son âme sœur, une femme descendant de la famille des Tabatabaei, il entendit lui offrir un cadeau de noces digne d’une princesse. D’autres documents laissent entendre que la construction serait moins une éclatante preuve d’amour qu’une condition exigée par les parents de la jeune fille pour accorder sa main à Haji Mehdi. Quoi qu’il en soit, le prétendant donna l’ordre de bâtir une somptueuse demeure qui, par sa taille, son élégance et son standing, fait jeu égal avec les palais nobiliaires. Pourquoi se priverait-il quand il avait les moyens ?  

Le maître d’œuvre du projet fut Ustad Ali Maryam. Les stucs, les fragments de verre et les miroirs foisonnent dans l’édifice. La façade est un étonnant exemple de prouesse architecturale. Le chantier commença en 1839 et ne fut terminé qu’en 1857. Il a réclamé dix-huit ans de services et une main-d’œuvre s’élevant en tout à 150 ouvriers. Située dans le bazar de Kashan, la maison des Boroudjerdi rappelle l’influence de la classe bourgeoise en Iran à l’ère des Kadjar. 

Aujourd’hui

Considérée comme un bien public, la propriété des Boroudjerdi est aujourd’hui régie par la commune. transformé en hôtel particulier. génère d’importants revenus touristiques.

Description de la maison des Boroudjerdi

La façade de la résidence vous laissera absolument sans voix. Trois tours à vent ou badguirs ont été aménagées à 3 mètres d’altitude pour ventiler l’intérieur du logement. L’une d’entre elles est particulièrement remarquable : elle ressemble à une grande coupole de six faces, qui comportent six fenêtres apportant la douceur de la brise dans la salle de réception. Le badguir est connecté à une piscine remplie d’eau afin de rafraîchir l’air intercepté. Une solution innovante et astucieuse pour remédier aux inconvénients du climat !

En progressant dans la cour intérieure, jetez un regard attentif au bassin ainsi qu’aux variétés de fleurs et d’arbres fruitiers. Sachez que, chez les familles aisées, l’appartement des hommes (biruni) est séparé de celui réservé aux femmes (andaruni). Si le premier est librement ouvert au public, le second, lui, demeure inaccessible. Toutefois, de bons yeux de touristes observeront avec plaisir la façade du bâtiment depuis la grande cour du biruni. Difficile de ne pas tomber sous le charme de cette vivante poésie architecturale, où la géométrie, l’harmonie et la proportion des formes ont été étudiées au millimètre près.

On accède à l’intérieur depuis trois portes d’entrée. Attardez-vous dans l’immense salle de réception. Admirez les détails sculpturaux qui mettent en valeur le dôme, les colonnes et les travées. Les murs sont recouverts de tableaux de peinture exécutés par Kamal-ol-Molk, le peintre attitré de la cour. Si certaines œuvres ont été effacées par le temps, d’autres sont restées intactes. Les sculptures font intervenir les mosaïques, le travail du verre et des éléments en stuc évoquant des paons, des faisans, des flamants roses ou des plantes locales. Après la visite, vous reconnaîtrez que la maison des Boroudjerdi se classe parmi les plus brillants chefs-d’œuvre de l’architecture bourgeoise persane.

A voir dans les environs…

  • la mosquée Agha Bozorg: le temple mère de la ville
  • la résidence Tabatabaei: s’étendant sur 4 700 m2, elle est pourvue d’une quarantaine de pièces à vivre.
  • la résidence Abiassan: de dimension plus modeste, mais non moins magnifique
  • le bazar de Kashan: l’une des artères les plus vivantes et les plus animées de Kashan. Le bazar est fermé le jeudi et le vendredi.
  • la mosquée : se trouve en dehors de l’enceinte de la cité.

Les principales attractions de la ville se visitent en une journée. Si ces joyaux architecturaux vous laissent sur votre faim, vous pourrez prendre route vers Ispahan. Mais c’est déjà un autre voyage. 

Comment y aller ?

Vous pouvez y venir en voiture en gagnant le rond-point de croisement entre la rue Alavi et la rue Fazel Naraqi. La voiture peut être garée à quelques mètres du site.

Cela dit, vous apprécierez certainement de marcher à pied pour faire le tour de la cité. En effet, la propriété des Boroudjerdi est proche d’autres attractions très courues comme la maison Ameri, la maison Tabatabaei ou le musée du jouet. Le site est ouvert aux visiteurs de 8 h à 17 h.

Quand s’y rendre ?

Kashan connaît un climat extrêmement continental. L’été commence en avril et prend fin en septembre ; l’hiver s’étale de novembre à février. Au cours de ces deux saisons, il fait très chaud ou il règne un froid mordant (peut descendre jusqu’à 0o C en janvier). Si vous projetez de visiter la maison historique des Boroudjerdi durant vos vacances à Kashan, profitez de la mi-saison : mars, avril ou octobre.

0 photos

Bonjour

Je suis Afrooz de "Key2persia". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+98-9173368515