Jardin Dowlatabad

Le joli jardin de Dowlatabad comblera les amoureux d’espaces verts en vacances dans la ville de Yazd. Un endroit très prisé pour une escapade à deux ou un pique-nique en famille.

Introduction

La province de Yazd est connue pour ses adorables jardins à la perse qui allient castel, fontaines, baguir et végétation luxuriante. Pour une virée de charme dans la ville, ne manquez pas le jardin de Dowlatabad, établi dans un vaste et luxueux domaine appartenant à la dynastie Khan du xviiie siècle. À l’ombre des pins et des grenadiers, offrez-vous une promenade apaisante et ressourçante, loin de l’ambiance tapageuse de la ville. Le site prend place au cœur de l’Iran, dans la cité de Yazd, conjuguant expérience botanique et balade dans l’Iran d’un autre âge.

Historique de la fondation du jardin

Le célèbre jardin de Dowlatabad (Bagh-e Dolat Abad en persan) a vu le jour en 1747, à l’époque où le chah Karim Khan Zand commanda l’Iran. Pour mieux comprendre les origines du site, il faut remonter à la politique expansionniste adoptée par la famille Zand. Karim Khan commença à régner sur le sud et le centre de l’Iran avant de conquérir les autres régions de l’Iran actuel, ainsi que les Bahreïn et l’Azerbaïdjan. La dynastie naissante se doit de proclamer sa puissance et d’entretenir son prestige par des projets architecturaux de grande ampleur. D’où la splendeur du jardin de Dowlatabad qui répond plus à une finalité politique qu’à un besoin de raffinement. Le jardin, le manoir et la tour de vent qui le surplombe constituent un même tout couvrant une étendue de 40 ha. L’UNESCO l’a déclaré « site du patrimoine mondial » le 26 juin 2011.

Un jardin luxuriant en plein désert, évocateur du paradis céleste

Le parc est la référence de l’architecture classique des jardins iraniens. Pour les locaux, le jardin de Dowlatabad est une bouffée d’air pur pour se déconnecter du stress du travail. Pour les étrangers, en revanche, l’endroit est une attraction touristique à part entière.

Le jardin fait partie d’un vaste ensemble résidentiel appartenant à la dynastie des Khans. En avançant dans l’allée principale, les visiteurs seront agréablement surpris de découvrir que des arbres fruitiers en tous genres poussent en plein désert. D’un côté et de l’autre d’une piscine rectangulaire, les cyprès centenaires voisinent avec les pins et les grenadiers, au milieu desquels courent des roses et des pampres de vignes. D’une surface de 2 000 acres, le jardin de Dowlatabad est l’un des plus grands de l’Iran.

Une tour à vent de 33,8 mètres de haut

Pour rendre vie à cette végétation tropicale, l’architecte a développé un système d’irrigation ingénieux. Depuis Mehriz, d’où provient la source d’eau alimentant la ville de Yazd, il a aménagé des qanâts, des puits chargés de pomper la nappe souterraine, ainsi que des bassins en marbre et en argile d’où l’eau jaillit après être conduits par de petits ruisseaux. La mission des piscines est double : elles irriguent la verdure, mais servent aussi à rafraîchir le vent chaud capté par le baguir.

Culminant à 33,8 mètres de haut, ce baguir est la tour éolienne la plus élevée de l’Iran. Il prend place au beau milieu du parc, jouxtant un magnifique castel où résidaient les membres de la dynastie Khan. En pénétrant dans la salle d’entrée, vous remarquerez les ouvertures en verre aux délicates enluminures qui, au-delà de leur fonction décorative, permettent de laisser passer l’air dans le bâtiment. Parce que le castel a un plan octogonal particulier, le touriste pourra l’embrasser du regard depuis plusieurs angles. Les vitraux colorés et la salle des miroirs sont des musts à voir. Cependant, la tour de vent démesurée constitue, avec le vestibule et la distribution d’eaux, l’attraction la plus populaire du site.

Au regard du faste de l’architecture et de la grandeur du site, on réalise combien les empereurs perses n’ont pas la coutume d’assouvir leurs désirs à moitié. Figurez-vous que le complexe est composé d’un harem, d’une chambre des miroirs et d’une suite pour domestiques. Les shahs perses ne se contentaient pas d’être environnés de femmes, qui prodiguent les plaisirs de la danse, de la musique et de l’amour. C’est trop peu de disposer d’un baguir pour isoler les pièces de la maison et se tenir à l’écart de la chaleur du désert. Leurs altesses demandent encore la création de jardins paysagers où elles pourraient se promener à souhait, des jardins regorgeant d’arbres et de roses qui ressemblent à l’image du paradis. Le joli jardin de Dowla Tabad rappelle la grandeur d’une époque qui n’est plus.

Infos pratiques 

Pour venir sur le site, il faut suivre le boulevard de Dowlatabad et tourner à droite. Vous pouvez demander l’emplacement à habitant. Le site est ouvert au public de 7 h à 18 h.

L’Iran connaît un climat chaud subdésertique. Pour ne pas être incommodé par le climat, le printemps (octobre à décembre) est la période la plus favorable pour visiter le jardin de Dowlatabad. Sinon, fixez vos dates de départ en mars ou en avril, la période précédant les étuves estivales.

3 photos

Bonjour

Je suis Afrooz de "Key2persia". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+98-9173368515